Piloter un avion : c'est possible !

7 Oct 2017

Après avoir sautée en parachute pour mes 19 ans, conduit une Lamborghini l'année suivante, me voilà pilote d'un avion pour mes 22 ans.
Pour trouver ces superbes idées, Nico s'inspire du site Sports Découvertes.

Nous avons donc pris rendez-vous avec l'école de pilotage du Castellet (
mise à jour 2018, l'école est fermée) afin que je puisse réaliser mon premier vol. Je trouve ça dingue de pouvoir piloter un avion sans avoir aucune notion, c'est sûrement pour ça que je suis autant excitée ! Je vais prendre les commandes d'un avion pendant quelques minutes ... A l'heure où je vous parle, je crois que je ne réalise toujours pas ce que j'ai vécu !

 

 

L'équipe de pilotage est très sympathique et c'est Flavien qui va s'occuper de moi aujourd'hui. Après quelques vérifications de l'appareil, nous montons à bord de notre super bolide ! Je suis très concentrée et j’écoute attentivement les instructions qu'il me donne. L'accélérateur, la direction au sol et dans les airs, les freins, l'indicateur d'altitude, de puissance... bref, j'absorbe toutes ses paroles et j'ai hâte qu'on décolle !
D'ailleurs, pour moi le décollage c'était réservé aux pilotes, aux vrais ! Et là... Surprise ! Flavien m'annonce que je vais tout faire du début à la fin (avec son aide parfois) ! Whouuuuua, je fais mine de rien, mais je bous au fond de moi.

 


On démarre l'avion, on met nos casques et Flavien appelle la tour de contrôle. Rien en vue ? Très bien, c'est parti ! J'avance l'avion jusqu'à la piste de décollage et je marque un Stop. C'est très compliqué de s'arrêter droit avec cet avion puisque j'utilise mes deux pieds pour freiner. Forcément j'appuie plus avec l'un que l'autre mais Flavien nous redresse. Dernier appel à la tour de contrôle... On met les gaz !
Nous roulons à tout allure sur la piste de décollage, Flavien me demande de lever le nez de l'avion lorsqu'on a atteint la vitesse qu'il faut pour s'envoler. Les roues se soulèvent... Nous voilà dans les airs.

 


C'est magique ! Je suis toute excitée mais je reste très concentrée. Durant la montée, l'avion ne doit pas avoir le nez ni trop vers le ciel, ni trop vers le sol. J'ai la pression ! Ce n’est pas facile de garder le juste milieu.

Nico qui est assis à l'arrière n'en revient pas et est très fier d'assister au spectacle. Nous survolons Saint Cyr sur Mer durant quelques minutes puis Flavien reprend les commandes pour une petite voltige. Il faut avoir le cœur bien accroché, ça secoue pas mal !

 


Après le demi-tour, je reprends les commandes et je me rends au point de départ. Je profite du paysage et de ces dernières minutes de vol. Nous nous approchons de la piste d'atterrissage. Flavien me demande de faire descendre l'avion petit à petit jusqu’à la piste, m'aide pour l'atterrissage et surtout pour freiner !
 


Nous sommes de retour sur terre, c’était magique et je vous conseille vraiment de le faire au moins une fois dans votre vie. C'est incroyable d'être un pilote pendant quelques instants.
Nico est impressionné par la qualité de la prestation et très pressé de faire son premier pilotage lui aussi.

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche

Le temps d'un safari canadien au Parc Oméga

1/9
Please reload

Posts Récents