4 jours de trek dans les rizières de Batad à Bagaan

28 Mar 2019

Depuis Marseille, il nous a fallu 24h de vol/escales pour nous retrouver à Manille, la capitale des Philippines. Nous étions bien trop excités de revenir en Asie puisque notre voyage au Vietnam il y a trois mois a été un véritable coup de cœur. Nous partageons ces 10 jours avec l'agence Time2go et nos copines Jenny du blog Jdroadtrip et Philo du blog Glog-trotting. Nous passons les 4 premiers jours dans les rizières de Batad, les plus belles des Philippines qui sont d'ailleurs inscrites au patrimoine mondial de l'Unesco.

 

 

De Manille à Banaue

 

Nous sommes arrivés à Manille hier soir à 21h et c'est après une bonne nuit réparatrice que nous partons à l'aventure ! Tous aussi excités les uns que les autres, nous montons dans notre voiture privée et découvrons Manille de jour. Nous aurions adoré rester au moins une journée à nous promener dans les rues de la capitale pour découvrir son agitation, ses odeurs, sa population, sa cuisine etc... Nous vous conseillons d'ailleurs de faire un stop dans la capitale afin de vous remettre des 18 heures d'avion que vous venez d'accumuler.

 

 

Le temps nous est compté alors tant pis, on file. Notre chauffeur nous emmène retirer de l'argent et nous montre la rue aux cochons avant de quitter la ville.

 

Nous roulons sur l'autoroute et j'espère de tout cœur que ce n'est pas 9 heures de route comme ça car au-delà du confort des sièges en cuir, les paysages n'ont rien d'attirant. 

Après un peu plus de 2h de voiture, nous quittons l'autoroute pour emprunter une route qui traverse de nombreux villages. L’inconvénient dans ce type de véhicule c'est que nous ne pouvons pas ouvrir les fenêtres pour faire signe aux locaux ni leur parler lorsque nous sommes à l'arrêt, nous nous contentons simplement de les regarder dans leur quotidien. Alléluia, nous avons fait la moitié du chemin et nous allons pouvoir respirer l'air du dehors. Nous nous arrêtons à San José pour déjeuner dans un restaurant en self-service. Avec Philo, on décide de prendre des petites portions de chaque plat afin de goûter à tout. Ce n'est pas plus de 10 minutes après que je tire Nico et Jenny au bord de la route pour qu'ils photographient les passants pendant que je leur fais signe.

 

 

Ils ont l'air vraiment sympathiques les Philippins, tous nous répondent par des grands gestes avec leur plus beau sourire. C'est sans hésiter le meilleur moment de notre journée !

 

C'est reparti pour 4h de route. C'est long, vraiment long... À force d'être assis nous avons des fourmis dans les jambes, je suis en plein désespoir lorsque j’entends notre chauffeur dire qu'il ne nous reste plus que quelques minutes. Notre arrivée à Banaue s'est faite de nuit, nous prenons tous une douche puis j'hydrate mon corps de San Miguel, la bière locale. Grâce à nos hôtes qui nous ont emmenés dans le garage de leurs voisins, qui fait office de bar, nous passons une bonne partie de notre soirée ici à écouter quelques chansons que les locaux s'amusent à nous chanter. Pour le dîner, nous mangeons un fameux poulet adobo, une des spécialités culinaires de ce pays.

 

Infos pratiques : pour aller à Banaue depuis Manille, vous pouvez prendre un bus de nuit qui vous coûtera 500 pesos par personne, soit environ 8 euros.

Notre auberge ne se trouve pas sur booking et c'est bien dommage car c'était sympathique et nous y avons vraiment bien mangé mais nous vous en avons trouvé une autre qui n'a pas l'air mal non plus : Banaue Greenfields.

 

De Banaue à Combulo

 

On décide de se lever en même temps que le soleil et d'aller faire un tour dans la petite ville de Banaue. À cette heure-ci, les rues sont calmes. Seuls les commerçants ouvrent leur boutique et quelques enfants déjà réveillés jouent dans la rue. Nous achetons deux ananas, échangeons avec quelques locaux et partons prendre le petit-déjeuner.

 

 

L'aventure commence maintenant ! Nous laissons une grande partie de nos affaires à l'auberge et rassemblons le strict minimum pour les 3 prochains jours dans un sac à dos. Notre guide, Lolo, vient nous chercher à 8 heures en jeepney. Il nous installe deux banquettes sur le toit et c'est avec un grand sourire que nous montons là-haut. Le moteur démarre, Lolo donne deux coups sur la taule et le chauffeur prend de la vitesse.

 

 

En voyage, à chaque fois que nous faisons quelque chose d'interdit en France, je me sens libre, je me sens bien et je n'ai jamais envie que ce moment se termine. Malheureusement, les bonnes choses ont une fin et le jeepney s'arrête. Nous descendons du toit, prenons nos sacs à dos et commençons à marcher.

 

Il nous a fallu seulement une petite heure de route pour apercevoir ces panoramas magnifiques et rencontrer ces locaux tout souriants.

 

 

Nous mettons 2 heures pour descendre jusqu'au village de Combulo. Sur le chemin, notre guide s'achète un sachet contenant des feuilles et des petites boules qu'il nous demande de goûter. Ces petites noix d’arec sont mâchées par la plupart des habitants pour leurs effets euphorisants. Vous pourrez constater que dans cette région il y a beaucoup de crachats rouges dans la rue et que les locaux qui en mâchent ont le sourire rouge. De nous 6, seul Philo a tenté l'expérience.

 

Arrivés au village, nous traversons une cour d'école où de nombreux enfants jouent. Une petite fille nous prend en photo avec son téléphone portable, cette situation assez surprenante nous amuse beaucoup.

 

 

Puis on file se baigner dans la rivière au pied des rizières. Nous passons l'après-midi dans ce cadre magique.

En fin de journée, les enfants nous rejoignent pour une bataille d'eau géante. Certains en profitent pour se laver.

 

 

On termine cette journée dans une guesthouse où nous prenons le temps de nous faire masser pour 300 pesos, soit environ 5 euros par personne. Après le repas, des enfants viennent nous chanter toute une série de chansons qu'ils ont appris à l'école, certaines même en français, pour que nous leur donnions quelques friandises... Ce n'est pas le genre de situation qui nous met vraiment à l'aise mais nous retiendrons nos quelques pas de danse avec eux.

 

 

De Combulo à Batad

 

C'est probablement la journée la plus dure de notre séjour aux Philippines qui nous attend mais on a tous la forme. Pour faire marcher l'économie locale, nous demandons à notre super guide Lolo s'il est possible d'avoir un homme fort pour porter notre gros sac à dos car très honnêtement, nous avions un sac pour 3 qui était lourd pour mon petit gabarit, et j'avais déjà mal au dos de la veille. Les Philippins ont l'habitude de porter sur leur dos des sacs de marchandises, parfois énormes et vraiment lourds, pour nourrir leur village. D'ailleurs lorsque notre Speedy Gonzalez a pris le sac sur son dos, il nous a demandé s'il n'y avait que ça... Oui ça va, nous savons que nous sommes des petites brindilles à côté de votre force qui nous paraît surhumaine !

Allez c'est parti pour 30 minutes de montée raide...

 

C'est essoufflés et déjà en sueur que nous arrivons sur la route qui passe juste au-dessus du village de Cambulo. D'ici, il nous faut une bonne vingtaine de minutes pour rejoindre le chemin qui nous mènera jusqu'à Batad. Pendant que nous reprenions notre souffle, Philo discutait avec un bébé dans un jeepney. L'idée est excellente et encore merci Philo ! Elle a naturellement laissé parler son charme et le chauffeur nous a proposé de nous avancer et de nous emmener directement au départ du chemin de Batad.

 

 

Autant vous dire que nous n'avons rien perdu et pour ainsi dire même tout gagné : plus besoin de marcher sur ce béton déjà chaud à 8 heures du matin, nous pouvions garder nos forces pour le reste du parcours et laisser reposer nos corps un peu plus longtemps que prévu, nous avons gagné du temps et devinez quoi ?! Nous avons réussi à narguer une vingtaine de français qui eux, forcément moins charmants que nous, marchaient sur cette route qui avait l'air pénible.

"Noooon, allez les gars, sans rancune, on se retrouve pour une noix de coco un peu plus loin !"

 

 

Nous descendons du jeepney, cette fois-ci pas d'arnaque possible, nous allons faire fonctionner nos jambes comme tout le monde. Une journée de plus à marcher dans cette nature débordante, nous mesurons la chance que nous avons d'être ici.

 

" Fresh coconut " : L'heure de la noix de coco a sonné !

 

Puis on marche, on marche, on marche encore... Le chemin est ombragé, nous traversons quelques petits cours d'eau dans lesquels nous pouvons nous rafraîchir le visage, c'est vraiment agréable. Puis nous commençons à nous impatienter, Lolo trouve toujours les mots pour nous tirer vers le haut et j'avoue que dans ce rôle-là je ne suis pas mal moi non plus. Plus de 3 heures de marche plus tard, nous voilà devant les plus belles rizières des Philippines. Ce sont certainement les plus belles que nous ayons vu jusque là maintenant, encore plus belles que les rizières de Madagascar !

 

 

Pour rejoindre le village et notre logement de ce soir, nous passons dans les rizières par des chemins très étroits. Le moment est magique, je n'arrête pas de vérifier que Nico photographie la moindre parcelle qui nous entoure. Nous rencontrons des locaux souriants qui n'insistent pas pour que nous leur achetions la moindre petite chose, c'est tellement agréable.

 

 

Puis nous arrivons dans notre Guesthouse qui possède une terrasse avec une incroyable vue sur les rizières. On a tous très faim, Jenny et Nico nous montrent leurs ampoules aux pieds alors qu'avec Philo nous constatons nos courbatures. C'est sans plus attendre que nous commandons deux San Miguel, il paraît que la bière ça aide à récupérer. Récupérer on ne sait toujours pas, ce qui est sûr c'est que nous n'avons plus trouvé la motivation pour aller à la cascade après tout ça. Nous sommes restés sur cette terrasse à profiter de la vue après une bonne douche au seau.

 

Infos pratiques : arrivé à Batad, vous pouvez demander à votre guide de vous emmener à la cascade de Tappiya. Le parcours est fatigant mais accessible avec des marches bétonnées. Si vous avez la motivation, vous pourrez vous y baigner. L'eau y est plutôt fraîche, d'après nos rencontres françaises ce soir-là.

 

De Batad à Bagaan

 

Lolo a bien compris, lorsqu'il a vu comme nous étions raides sur nos jambes, que nous ne pouvions pas rejoindre Bagaan en marchant 4 heures. Il nous a alors proposé de rejoindre le jeepney pour qu'il nous dépose directement au village. Il nous a donc fallu pas plus de 30 minutes pour rejoindre notre chauffeur et monter sur le toit de notre joli véhicule.

 

 

Ce village est le plus pratique des trois que nous avons visité puisqu'il est équipé de chemins, de marches en béton et de rampes pour se tenir qui facilitent nos déplacements dans les rizières. Enfin ça n'a pas empêché Jenny de se torde la cheville et de s'enfoncer dans la boue... J'en ris encore !

 

Nous faisons un tour à l'école avant d'aller à la rencontre de ces femmes courageuses qui cultivent le riz. Lorsque nous arrivons à leur hauteur, nous les saluons. Elles nous apprennent quelques mots en philippin, ça les amuse beaucoup de nous entendre répéter. Ces femmes nous confient qu'elles sont obligées d'aimer leur travail puisque c'est ce qui les fait vivre mais elles auraient aimé un métier plus agréable et moins fatiguant. Nous les remercions pour ce moment court et enrichissant.

 

 

Nous découvrons ensuite un tout petit village où les locaux attendent les touristes pour leur vendre leurs marchandises. Nous partageons un moment avec eux en sirotant un coca.

 

 

De retour sur notre jeepney, toujours le sourire aux lèvres, nous roulons en direction d'une piscine naturelle pour une après-midi reposante. Nous mangeons un délicieux poisson et d'excellents fruits.

 

Nous terminons notre journée à Banaue pour acheter quelques souvenirs et pour y découvrir l'atmosphère. Comme partout en Asie, nous sommes accueillis par de nombreuses odeurs qui nous donnent toutes plus faim les unes que les autres. Nous faisons un tour de Tuk-Tuk et passons le reste de notre temps à regarder les enfants jouer dans les rues.

 

Infos pratiques : voyager en réservant sur Airbnb c'est pouvoir vivre au plus près des locaux. Et c'est toujours plus sympa de payer moins cher son logement ! On vous propose notre code promo Airbnb qui vous fera économiser 34 euros sur vos voyages. Cette offre est valable sur votre première réservation. Notre Astuce : si vous avez déjà un compte, il suffit d'en créer un nouveau avec une autre adresse mail, et ainsi de suite pour bénéficier à chaque fois de celle-ci.