Le merveilleux lac Autier

15 Oct 2017

Nous avions envie d'une randonnée offrant des paysages naturels et exceptionnels. Nous nous rendons alors dans le parc naturel du Mercantour afin de découvrir le lac Autier.

 

Nous passons la nuit à Belvédère dans le gite d'Isa.

Au petit matin, nous déjeunons face à la nature avant de prendre la voiture et de nous rendre au parking du Pont du Countet, à seulement quelques kilomètres.

 

Infos pratiques : voyager en réservant sur Airbnb c'est pouvoir vivre au plus près des locaux. Et c'est toujours plus sympa de payer moins cher son logement ! On vous propose notre code promo Airbnb qui vous fera économiser 34 euros sur vos voyages. Cette offre est valable sur votre première réservation. Notre Astuce : si vous avez déjà un compte, il suffit d'en créer un nouveau avec une autre adresse mail, et ainsi de suite pour bénéficier à chaque fois de celle-ci.

La randonnée commence donc à partir du parking.

C'est parti pour 6 heures de marche avec 925 mètres de dénivelé positif... Nous ne pouvons pas dire que nous sommes des sportifs de haute montagne mais l'idée de nous surpasser physiquement nous excite. On enfile donc nos plus belles baskets et nous nous dirigeons vers le chemin qui longe la Gordolasque. A l'automne les couleurs sont exceptionnelles, le jaune et le rouge se mélangent au vert, ce qui rend le paysage vraiment très appréciable.

 

Une passerelle nous permet de passer de l'autre côté de la Gordolasque.

Nous sommes maintenant tout en bas du Vallon du lac Autier et il nous reste plus qu'à monter. Nous marchons 1 500 mètres avec 450 de dénivelé positif... C'est rude mais ce n'est que le début ! Nous prenons le temps de nous arrêter plusieurs fois pour admirer le paysage et reprendre (un peu) notre souffle. Les marches sont parfois hautes ce qui rend la randonnée encore plus difficile.

 

 

La marche est difficile mais on en voit le bout ! Nous voici tant bien que mal arrivés au lac Autier.

Le lac est bleu vert tout en étant transparent, les gens se baignent... Dommage que l'on n'ait pas pensé à prendre nos serviettes ! Nous nous allongeons et contemplons la nature avant de manger un bon sandwich pour nous redonner quelques forces. L'endroit est vraiment reposant, très silencieux et j'avais bien envie d'y rester un peu plus longtemps pour y faire une sieste mais pas le temps d'y songer une deuxième fois, nous voilà déjà repartis...

 

Le chemin à suivre est cairné et plutôt facile à trouver. Nous contournons le Caïre Autier par la droite et continuons à grimper. Le lac est maintenant bien en dessous de nous et nous suivons les Cairns.

 

Je sens que mes jambes commencent à être lourdes, mes pieds tapent de nombreuses fois sur des pierres avant de trouver la stabilité et j'entends Nico qui est essoufflé. Nous ne lâchons rien et nous apercevons à présent notre point le plus haut : le Col sans Nom. Nous grimpons jusqu'à lui puis nous marquons une petite pause. Nous sommes à 2 560 mètres d'altitude.

Lorsque vous arrivez en haut du Col sans Nom, vous apercevez le Mont Clapier en face et 3 petits lacs dans le vallon. Nous n'avons pas eu de chance, il n'a pas plu depuis un long moment et les lacs ressemblent à des flaques d'eau. Nous ne sommes malgré tout pas déçus du périple et nous sommes fiers de notre parcours. Nous entamons désormais la descente qui peut paraître parfois plus facile que la montée, et pourtant...

 

 

Nous descendons environ 200 mètres sur un éboulis. Ce n'est pas très pratique et vraiment pas très agréable. Ce n'est pas le moment de se tordre la cheville, restons vigilant !

Nous passons devant le lac Niré et continuons la descente pendant 1 km avant d'arriver au refuge de Nice.

Nous marquons une pause à la terrasse du refuge afin de profiter de la vue sur le Lac de la Fous. Les lacs que nous avons aperçus durant notre randonnée sont tout aussi magnifiques les uns que les autres.

 

 

En repartant, nous avons eu la chance de croiser des chamois. Quel immense privilège !

 

Nous redescendons les 530 mètres de dénivelé qui nous séparent de la voiture. Le retour fut quand même assez rude ! Mes jambes se tétanisaient, j'avais hâte d'être à la voiture mais on est ravis, ça valait le détour.

Les paysages sont exceptionnels et ça fait un bien fou de pouvoir se retrouver dans la nature le temps d'une journée.